L’art au service du dialogue. Ou l’inverse ?

Le révérend Paul-Gordon Chandler est un boulimique de l’interreligieux et de l’interculturel. Avec son église anglicane, Saint-John, il foisonne de projets, réalisés, en cours, ou à mettre encore en œuvre.

Ma’adi, quartier cossu du Caire. Nous avons traversé la capitale égyptienne de bon matin. Ne maîtrisant pas encore tout à fait le métro cairote, nous avons 20 minutes de retard… Le révérend Paul-Gordon Chandler semble ne pas nous en tenir rigueur. Pourtant, il n’a que peu de temps à nous consacrer. Son rendez-vous suivant est avec Jimmy Carter, rien de moins ! Qu’importe, il fera patienter quelques minutes l’ancien président américain et prendra le temps qu’il faut avec nous.
Son français est impeccable mais Paul-Gordon nous fait travailler notre anglais et nous présente rapidement les différents projets qu’il mène.

Un catalogue de projets

Depuis 2003, l’église Saint-John’s  publie un catalogue de charité Spirit of Giving (« l’esprit du don »). « Vivant en Egypte, nous sommes fréquemment témoins des besoins essentiels autour de nous », déclare Paul-Gordon. Ce catalogue réunit chaque année une vingtaine de micro-projets à financer à hauteur de 5 à 200 dollars. Cela va du micro-crédit pour une artisane à la scolarisation d’enfants réfugiés, au soin médicaux pour un âne, outil de travail d’une famille… « Les projets recensés dans ce catalogue font partie d’un  programme plus large de services pour chrétiens et musulmans, ensemble », précise le révérend Chandler.

Moïse, sauvé des eaux.

Les vitraux : une image divine ?

Paul-Gordon est fier de nous présenter les vitraux de son église. Les scènes qui y sont représentées sont des épisodes bibliques ayant eu lieu en Egypte : Benjamin premier ministre de pharaon, Moïse sauvé des eaux, le buisson ardent, la fuite de la Sainte Famille en Egypte, etc. Lorsqu’il a fallu créer ces vitraux, en 2003, Paul-Gordon s’est tourné vers le cheikh d’al-Azhar. C’est donc un artiste de cette prestigieuse université musulmane, à la réputation internationale, et parfois radicale, qui a réalisé ces vitraux pour une église chrétienne…

« Caravan » : les arts en signe de réconciliation

Pour cultiver cette amitié, l’église Saint-John organise chaque année un festival d’art intitulé « Caravan ». Le concept est simple : 40 artistes, 20 chrétiens, 20 musulmans, un thème et une exposition sur une semaine, agrémentée de concerts et de rencontres littéraires. En 2011, le thème fut « Mon voisin », en référence au texte de Khalil Gibran : « Ton voisin est un autre toi se tenant derrière un mur. En se comprenant, les murs tomberont ». Le but de Paul-Gordon Chandler est d’utiliser « les arts comme un pont le dialogue interreligieux » (www.oncaravan.org)

L’imagination de Paul-Gordon fourmille de mille autre projets que vous pouvez découvrir sur ses sites Internet : www.paulgordonchandler.com et www.maadichurch.org

À propos de ALFred

fredofaith
Ce contenu a été publié dans Accueil, Les initiatives. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.